» Le coin des parents » Qu’est-ce que le handicap mental ?
 
dimanche 22 octobre 2017
Com


Qu’est-ce que le handicap mental ?

 

Le handicap mental est la conséquence d’une déficience intellectuelle. 650 000 personnes en sont atteintes en France et 6000 enfants naissent annuellement porteurs de cette déficience qui va obérer, limiter leurs capacités à s’adapter à toutes les contingences de la vie en société.
Ces personnes ont donc besoin d’un accompagnement pour s’adapter à leur environnement qui ne peut en rien nier leur droit au respect, au travail, aux loisirs, à une sensibilité artistique, affective et sexuelle, au bonheur.

Les handicaps sont très divers et ont des conséquences tout aussi diverses : trisomie, autisme, polyhandicaps, X-Fragile, etc… D’autres, très rares, sont souvent qualifiées de maladies orphelines.

Les origines du handicap mental peuvent être très diverses :

- A la conception : maladies génétiques, accidents chromosomiques (trisomies) ….
- Pendant la grossesse : maladie de la Maman, virus, mais aussi tabagisme ou alcoolisme…
- A la naissance : prématurité, accouchement difficile …
- Après la naissance : maladies infectieuses, virales, traumatismes, accidents…

Pour les associations affiliées à l’Adapei et à l’Unapei, toute personne handicapée est une personne singulière, à part entière, dont les rapports avec son environnement peuvent être grandement améliorés si on lui apporte les soutiens adaptés nécessaires.

Pour en savoir plus : http://www.unapei.org

L’Autisme

Les origines de l’autisme :

Le terme d’ « autisme » est dérivé du grec « autos « qui signifie « soi même »(et par extension :enfermement sur soi-même).

L’autisme a été décrit pour la première fois par Léo KANNER, psychiatre américain, en 1943.
Il a décrit 11 enfants âgés de 2ans ½ à 8 ans qui présentaient un ensemble de traits communs :

- une incapacité à développer des relations normales avec autrui.
- un retard dans l’acquisition du langage ou encore son absence.
D’autre part l’utilisation du langage, lorsqu’elle apparaît, ne s’effectue pas nécessairement dans la perspective de la communication.
Enfin se développe parfois une écholalie (répétition continuelle de sons ou paroles dénués de sens) immédiate ou différée, une inversion pronominale.
- des activités de jeu répétitives et stéréotypées.
- un besoin impérieux d’immuabilité de l’environnement avec des résistances aux changements.
- des réactions inhabituelles de frayeur envers des stimuli sonores.
- un manque d’imagination.
- une bonne mémoire mécanique.
- une apparence physique proche de la norme.

A cette époque ces enfants étaient diagnostiqués comme souffrant d’arriération mentale.
Aujourd’hui, Autisme de « Kanner « est une expression généralement employée pour désigner la forme la plus typique de l’autisme.

Qu’est-ce que l’autisme ?

La désignation de psychose infantile pour qualifier l’autisme a été abandonnée partout dans le monde, sauf en France.
Le terme de syndrome, faisceau de caractèristiques, plus pertinent, est désormais défini comme un trouble envahissant du développement ( TED ) par les deux classifications qui servent de référence internationale ( DSM-IV et CIM-10 ).
L’autisme apparaît avant l’âge de 36 mois et entrave l’évolution normale des fonctions intellectuelles, émotionnelles, sensorielles et motrices liées au développement du jeune enfant.

Il se manifeste dans trois domaines que l’on appelle la triade autistique :

- altération qualitative des interactions sociales ( anomalies du regard, difficulté à partager des émotions, ne cherche pas à montrer, à désigner du doigt ou à apporter des objets qui l’intéressent, etc.…).

- altération qualitative de la communication ( retard ou absence totale de développement du langage parlé sans tentative de compensation par d’autres modes de communication et pour les sujets maîtrisant assez le langage, incapacité marquée à engager ou soutenir une conversation avec autrui, usage stéréotypé et répétitif du langage ).

- caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, des intérêts et des activités ( intérêt restreint pour certains objets ou types d’objet, activités, etc.…).

Les formes cliniques sont très variées.
Lorsque le retard mental existe ( 70% des cas), il peut être léger ( 29 % des cas ) ou profond. Le sujet peut avoir une intelligence cognitive supérieure à la moyenne, souvent assortie de compétences exceptionnelles dans un domaine ( la mémorisation, le dessin etc.…).Ce sont les autistes de haut niveau et syndrome d’Asperger.

Les autistes peuvent être reçus dans les établissements éducatifs.

La Trisomie :

Définition de la trisomie. Présentation des personnes qui en sont atteintes.

La cellule, la plus petite partie de notre organisme , est constituée d’une chaine de 23 paires de chromosomes, eux même porteurs du code génétique qui programme, régule le fonctionnement de la cellule et donc de notre corps.

Dans le cas de la trisomie un troisième chromosome vient se greffer sur une de ces paires de chromosomes et ainsi perturber le programme génétique du fonctionnement de notre corps. Dans le cas de la trisomie 21, c’est la 21ème paire de chromosome qui est affectée. Cet « accident » chromosomique intervient le plus souvent dés la fécondation et la première division cellulaire. Il est susceptible de se produire plus souvent chez les femmes qui atteignent la quarantaine.

Il existe cependant d’autres trisomies lorsque que c’est une autre paire de chromosome qui a un chromosome surnuméraire.

Le plus souvent, et parfois à l’insu de la Mère, une fausse couche provoque la disparition du fœtus ainsi atteint.

La trisomie, suspectée dès la naissance, est généralement diagnostiquée de façon formelle au moyen d’un cariotype (analyse génétique) effectué peu après la naissance.

Généralement la trisomie empêche l’évolution normale du cerveau.

Cependant, à force de stimulations, les porteurs de trisomie peuvent se développer tant sur le plan émotionnel, que sur le plan professionnel, même si leur handicap ne leur permettra jamais d’atteindre l’âge mental d’un adulte.

Ces personnes sont généralement d’un tempérament affectueux, enjoué, très sensible aux sollicitations émotionnelles et artistiques.

En dépit de son handicap, la personne trisomique est souvent source de gaieté et de joie pour sa famille et son environnement.

Suivi médical :

Un suivi médical approprié ne peut supprimer le handicap, mais il permet d’en limiter les effets et de faciliter le développement harmonieux du trisomique.
Dés le tout jeune âge, quelques semaines ou quelques mois, une consultation permettra de diagnostiquer les difficultés associées au handicap qui pourraient être contrôlées au moyen de traitements appropriés.

En même temps les moyens de stimuler les capacités du nourrisson pourront être indiqués aux parents.

 
 
Publié le mardi 11 août 2009
Mis à jour le lundi 30 mai 2011

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le mardi 11 août 2009
Mis à jour le mardi 7 mai 2013
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le jeudi 10 novembre 2016